Godefroy de Bouillon

25,00

Description

Lui seul refu­sait de croire à ses titres, et il fal­lut faire vio­lence à son humi­li­té pour l’entraîner au saint sépulcre rece­voir la consé­cra­tion de sa digni­té nou­velle ; mais il ne consen­tit pas à prendre le titre de roi : il se conten­ta de celui de baron et d’avoué (défen­seur) du saint sépulcre, pro­tes­tant qu’il ne cein­drait jamais une cou­ronne d’or dans le lieu où le Sau­veur en avait por­té une d’épines. Telle avait été, dès le début, l’opinion de Gode­froi sur la mis­sion qui lui avait été confiée. Il avait net­te­ment défi­ni la nature et les limites du rôle qu’il enten­dait rem­plir, en s’intitulant lui-même avoué du saint sépulcre ; car l’avoué, en Europe, n’était que le défen­seur sécu­lier de la pro­prié­té ecclésiastique.

« Il fut preux et droi­tu­rier, sans nulle convoitise. »

Alphonse Vétault est un archi­viste et his­to­rien fran­çais. Après de fortes études clas­siques, Alphonse Vétault devient élève de l’École impé­riale des chartes, où il obtient en 1868 le diplôme d’archiviste paléo­graphe grâce à une thèse sur l’abbaye de Saint-Vic­tor. Il est alors nom­mé archi­viste dépar­te­men­tal de la Marne. De 1878 à 1898, il est archi­viste et biblio­thé­caire de la ville de Rennes. L’Académie fran­çaise lui décerne en 1879 le grand prix Gobert pour son ouvrage sur Charlemagne.