S.O.S. Calvaires

L’association S.O.S Cal­vaires, asso­cia­tion recon­nue d’intérêt géné­ral, a pour but de regrou­per tous ceux qui s’intéressent à la sau­ve­garde des cal­vaires, ora­toires et cha­pelles qui com­posent notre patri­moine, pour les res­tau­rer et les entretenir.

La par­ti­cu­la­ri­té de notre asso­cia­tion est que nous nous enga­geons à prendre en charge l’intégralité des coûts liés à la res­tau­ra­tion de chaque lieu.

Elle est com­po­sée d’une ving­taine de membres catho­liques, jeunes et dynamiques.

Notre chal­lenge est de res­tau­rer un cal­vaire par mois.

A long terme, nous sou­hai­te­rions déve­lop­per notre concept dans toute la France.

SOS Cal­vaires est une asso­cia­tion apo­li­tique, elle n’est liée à aucun mou­ve­ment catholique.

Vous souhaitez nous aider ?

Découvrez l’application web de SOS Calvaires !

Pre­mière étape :
S’i­den­ti­fier et se géolocaliser.

Rem­plis­sez le for­mu­laire :
Faites-nous part du type de croix, de l’é­tat du cal­vaire, ses dimensions…

Nous réser­vons une sur­prise aux membres les plus actifs !

Ensemble, sauvons notre patrimoine !

Grâce à vous, plus de 1 000 calvaires ont été recensés sur l’application web SOS Calvaires, merci ! 
Cette application web a été conçue pour vous permettre de recenser tous les calvaires en péril ou en mauvais état que vous croisez sur votre chemin. Elle vous donne la possibilité de géolocaliser et de prendre en photo le calvaire à recenser pour permettre à SOS Calvaires de les classer en ordre de priorité.
Devenez acteur de la restauration des calvaires de France et à votre tour utilisez la web app SOS Calvaires !

De l’arbre à la croix

De l’arbre sur pied au calvaire ornant nos sentiers

Le chêne, l’acacia et la châ­tai­gner sont les trois essences prin­ci­pales de bois qui
consti­tuent nos croix. Ce bois nous est four­ni par notre scie­rie voi­sine, et pro­vient des
domaines pri­vés des alen­tours. Après l’abattage, la grume est débi­tée en poteau.
Ceux-ci passent en suite par une phase de séchage, puis sont dégau­chis et rabo­tés
pour nous être livrés dans les sec­tions commandées.

La fabrication de la croix

Vient tout d’abord le char­pen­tier. Après le tra­çage du mi-bois et celui des extré­mi­tés de la croix, cou­pées géné­ra­le­ment en pointe de dia­mant. Il pro­cède à l’assemblage des deux élé­ments de la croix, le stipe, la par­tie ver­ti­cale, et le pati­bu­lum, par­tie hori­zon­tale. Après pon­çage, la croix passe aux mains du peintre qui applique un satu­ra­teur sur le bois pour le pro­té­ger des intem­pé­ries. Puis l’on fixe un nou­veau Christ, ou celui d’origine remis à neuf quand cela est pos­sible. La croix est alors prête à être posée.

La pose de la croix

La croix est ache­mi­née en camion par les arti­sans qui rejoignent le gros de l’équipe sur le lieu de la pose. Cha­cun s’active à sa tâche ; il y a du tra­vail pour tout le monde : il faut débrous­sailler les alen­tours, puis his­ser et plan­ter la croix dans le socle. Notre maçon assure alors le scel­le­ment de la croix et la sépa­ra­tion du socle si néces­saire. Vient ensuite le zin­gueur qui fixe une sorte de solin en zinc pour pro­té­ger le pied de la croix du pour­ris­se­ment. Puis il accroche une petite niche pré­vue pour abri­ter une veilleuse ou des fleurs. Enfin, on appose notre plaque qui atteste de l’année de restauration.

La prière

Mais tous ces efforts ne ser­vi­raient à rien sans la prière com­mune des membres de l’association qui offrent à Dieu le fruit de leur tra­vail pour qu’Il en soit le seul hono­ré. A la prière suc­cède un moment de convi­via­li­té pas­sé géné­ra­le­ment avec les pro­prié­taires du lieu. C’est l’occasion pour cha­cun de faire connais­sance avec les nou­velles têtes et de tis­ser de solides liens de cama­ra­de­rie dans le com­bat qu’ils par­tagent pour que règne le Christ sur notre beau pays !

Quelques photos

Nos antennes en France

Contactez-nous